Guide des droits et des démarches administratives

Paiement du loyer par le locataire
Fiche pratique

Logement du secteur privé

Le loyer d'un logement loué vide ou meublé et utilisé comme résidence principale est en principe librement fixé par le propriétaire.

Toutefois, les communes situées en zone tendue sont soumises à l'encadrement des loyers. Dans ces villes, le loyer est plafonné lors de la mise en location du logement (cas d'un nouveau locataire) et lors du renouvellement du bail (cas du même locataire).

Attention, Paris et Lille ont déjà fait l'objet de règles spécifiques.

Accéder au service "Paiement du loyer par le locataire"
Direction de l'information légale et administrative (Dila) - Premier ministre
À savoir
une clause du bail peut prévoir que le locataire réalisera les travaux en contrepartie d'une réduction du loyer.

Le propriétaire peut réviser le loyer 1 fois par an à la condition qu'une clause inscrite dans le bail le prévoit.

Toutefois, le bailleur perd la possibilité de réviser le loyer s'il n'en fait pas la demande au locataire dans l'année suivant la date de révision.

Le loyer et les charges sont à payer pendant toute la durée du bail.

En conséquence :

En cas d'interdiction d'habiter dans les lieux, le loyer cesse d'être dû à compter du 1er jour du mois qui suit l'envoi de l'arrêté d'insalubrité.

En cas de préavis (congé), la durée de paiement peut être ajustée :

Le locataire reste tenu au paiement du loyer et des charges pendant toute la période de préavis. Sauf si, avec accord du propriétaire, le logement est occupé par un autre locataire avant la fin du préavis.

Le locataire n'est redevable du loyer et des charges que pour le temps pendant lequel il a réellement occupé les lieux pendant le délai de préavis.

Le locataire doit payer le loyer et les charges à la date convenue dans le bail. Le bail doit contenir cette information.

Le plus souvent, le loyer est payable mensuellement. Si le loyer est payable selon une autre périodicité (trimestrielle par exemple), le locataire peut toujours exiger un paiement mensuel.

Le locataire peut payer son loyer par tout moyen (chèque, virement ou espèces jusqu'à 1 000 €).

Le propriétaire n'a pas le droit :

  • d'imposer le prélèvement automatique comme mode de paiement du loyer,

  • de prélever ou de faire prélever directement les loyers sur le salaire du locataire même avec son accord.

En cas de paiement complet du loyer (charges comprises), le locataire peut demander au propriétaire de lui transmette gratuitement une quittance de loyer. Ce document indique que toutes les sommes dues ont été perçues. Il ne peut donc être remis au locataire qu'une fois qu'il a réglé l'intégralité du loyer et des charges associés à la période indiquée sur le bail.

Avec l'accord du locataire, la quittance peut être transmise par voie dématérialisée. Aucun frais lié à la gestion de l'avis d'échéance ou de la quittance ne peut être facturé au locataire.

Si le locataire procède à un paiement partiel du loyer, en accord avec le propriétaire, ce dernier doit lui délivrer un simple reçu.

Qu'il s'agisse d'un logement vide ou meublé, aucun frais ne peut être appliqué par le bailleur en cas de retard de paiement.

Une clause autorisant le bailleur à percevoir des amendes ou des pénalités en cas d'infraction au contrat de location ou au règlement de l'immeuble est abusive (elle est ignorée, comme si elle n'existait pas). Elle peut être dénoncée devant le tribunal d'instance dont dépend le logement.

Tribunal d'instance (TI)

Site internet

À noter
si le locataire paie à plusieurs reprises son loyer en retard, le bailleur est en droit de ne pas renouveler le bail pour motif légitime et sérieux.
Qu'il s'agisse d'un logement vide ou meublé, aucun frais ne peut être appliqué par le bailleur en cas de retard de paiement. Une clause autorisant le bailleur à percevoir des amendes ou des pénalités en cas d'infraction au contrat de location ou au règlement de l'immeuble est abusive (elle est ignorée, comme si elle n'existait pas). Elle peut être dénoncée devant le tribunal d'instance dont dépend le logement.
  • Tribunal d'instance (TI)
  • À noter
    si le locataire paie à plusieurs reprises son loyer en retard, le bailleur est en droit de ne pas renouveler le bail pour motif légitime et sérieux.
    Une pénalité peut être appliquée par le propriétaire en cas de retard de paiement uniquement si cela est prévu dans le bail par une clause pénale. Aucune autre majoration que celle prévue par une clause pénale ne peut être infligée au locataire par son bailleur à titre d'amende.
    À noter
    si le locataire paie à plusieurs reprises son loyer en retard, le bailleur est en droit de ne pas renouveler le bail pour motif légitime et sérieux.
    Une pénalité peut être appliquée par le propriétaire en cas de retard de paiement si :
    • une clause du bail le prévoit,

    • et si cette clause prévoit une pénalité équivalente en cas d'inexécution des obligations du bailleur.

    À noter
    si le locataire paie à plusieurs reprises son loyer en retard, le bailleur est en droit de ne pas renouveler le bail pour motif légitime et sérieux.

    si le locataire paie à plusieurs reprises son loyer en retard, le bailleur est en droit de ne pas renouveler le bail pour motif légitime et sérieux.

    Si le locataire a des difficultés pour payer le loyer (mais sans impayés), il doit essayer de trouver une solution à l'amiable avec le propriétaire.

    En cas de difficultés persistantes, des aides sociales peuvent être accordées au locataire. Par ailleurs, l'aide au logement peut être maintenue pour alléger une dette de loyer et éviter ainsi l'expulsion.

    Si ces difficultés s'ajoutent à une autre dette impayée (par exemple : crédit ou facture impayés), il est possible de déposer un dossier de surendettement.

    l'impayé de loyer ou de charges (total ou partiel) peut entraîner la résiliation du bail et l'expulsion, sauf s'il résulte du non-versement de l'aide au logement pour cause de logement non décent.

    Le propriétaire (ou "bailleur") peut réclamer pendant 3 ans tout impayé de charges ou de loyers, y compris après le départ du locataire.

    Par exemple : une dette de loyer datant de juillet 2018 peut être exigée jusqu'en juillet 2021.

    À noter
    cette règle s'applique également au locataire qui a payé trop de charges et souhaite se faire rembourser le trop versé.

    La régularisation est possible quelles qu'en soient les raisons :

    • oubli,

    • ignorance,

    • négligence.

    Toutefois, le juge peut refuser une régularisation de charges tardive s'il considère qu'elle est déloyale, brutale et consécutive d'une faute du propriétaire dans l'exécution du contrat. Par exemple : lorsque le locataire a demandé la régularisation des charges et que le propriétaire (ou bailleur) ne lui a pas répondu.

    À savoir
    si le propriétaire n'a pas révisé le loyer, alors que le bail le prévoit, il dispose d'1 an pour réagir.

    Logement social

    Le montant du loyer d'un logement social :

    • est fixé selon une procédure strictement réglementé,

    • peut faire l'objet d'une réduction mensuelle,

    • est révisé chaque année.

    Un supplément de loyer de solidarité (SLS) dit surloyer peut être réclamé au locataire lorsque ces revenus dépassent un montant maximum, dans certains cas.

    Au-delà d'un certain montant, le locataire peut perdre le droit de rester dans le logement social.

    Le loyer et les charges sont à payer pendant toute la durée du bail.

    En conséquence :

    Le locataire doit payer le loyer et les charges à la date convenue dans le bail. Le bail doit contenir cette information.

    Le plus souvent, le loyer est payable mensuellement. Si le loyer est payable selon une autre périodicité (trimestrielle par exemple), le locataire peut toujours exiger un paiement mensuel.

    Le locataire peut payer son loyer par tout moyen (chèque, virement ou espèces jusqu'à 1 000 €).

    Le propriétaire n'a pas le droit :

    • d'imposer le prélèvement automatique comme mode de paiement du loyer,

    • de prélever ou de faire prélever directement les loyers sur le salaire du locataire même avec son accord.

    En cas de paiement complet du loyer (charges comprises), vous pouvez . La quittance doit indiquer :

    • le détail des sommes que vous avez versées en distinguant le loyer et les charges,

    • la réduction de loyer de solidarité, si vous en bénéficiez.

    En cas de paiement partiel du loyer, le bailleur doit vous remettre un reçu.

    Si le locataire a des difficultés pour payer le loyer (mais sans impayés), il doit essayer de trouver une solution à l'amiable avec le bailleur.

    En cas de difficultés persistantes, des aides sociales peuvent être accordées au locataire. Par ailleurs, l'aide au logement peut être maintenue pour alléger une dette de loyer et éviter ainsi l'expulsion.

    Si ces difficultés s'ajoutent à une autre dette impayée (par exemple : crédit ou facture impayés), il est possible de déposer un dossier de surendettement.

    ne pas payer ou payer en partie le loyer et les charges peut être une cause de perte du droit à rester dans les lieux.

    Le propriétaire (ou "bailleur") peut réclamer pendant 3 ans tout impayé de charges ou de loyers, y compris après le départ du locataire.

    Par exemple : une dette de loyer datant de juillet 2018 peut être exigée jusqu'en juillet 2021.

    À noter
    cette règle s'applique également au locataire qui a payé trop de charges et souhaite se faire rembourser le trop versé.

    La régularisation est possible quelles qu'en soient les raisons :

    • oubli,

    • ignorance,

    • négligence.

    Toutefois, le juge peut refuser une régularisation de charges tardive s'il considère qu'elle est déloyale, brutale et consécutive d'une faute du propriétaire dans l'exécution du contrat. Par exemple : lorsque le locataire a demandé la régularisation des charges et que le propriétaire (ou bailleur) ne lui a pas répondu.

    Où s'adresser ?

    • S'informer sur l'encadrement des loyers

    Pour en savoir plus

    Modifié le 09/07/2019 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)
    source www.service-public.fr